Transition démocratique en Biélorussie : entre espoir et désillusion

Transition démocratique en Biélorussie : entre espoir et désillusion

Souvent nommée la dernière dictature d’Europe, la Biélorussie donne l’impression d’un pays figé dans le temps et englué dans l’héritage soviétique. Gouvernée d’une main de fer depuis 1994 par son président Alexandre Loukachenko, une partie de la population s’est révoltée contre le pouvoir en place après que l’élection du 9 août 2020 ait désigné largement vainqueur le président sortant. Briguant un sixième mandat, ce dernier est celui de trop selon une opposition populaire qui n’a pas hésité à sortir en masse dans la rue pour dénoncer les nombreuses fraudes électorales. Le pouvoir biélorusse, qui a dû faire face au plus grand mouvement de contestation qu’il n’a jamais connu depuis l’effondrement de l’Union soviétique, a usé de stratagèmes qui lui sont familiers: arrestations, répressions brutales et intimidations. Aujourd’hui, deux camps se font face et la démocratisation de la Biélorussie, voulue par les manifestants, n’est qu’une hypothèse parmi tant d’autres scénarios.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *